Paris Brest Paris 2007

Publié le par guidon targonnais

Voilà la boucle est bouclée. Mon temps officiel sera de 89h43 donc dans le délai de 90h00 maxi prévu. Ce n'est pas un temps extraordinaire mais aller au bout a été un exploi personnel. D'après les anciens du PBP cette édition a été  la plus dure.

  Ayant retiré ma plaque le 19 Août il a fallu que j'attende (avec une grosse boule de stress dans l'estomac) plus de 24 h00 pour prendre le départ.

LUNDI Le départ est prévu à 21h30 : je suis parti dans la vague de 22h30 compte tenu des 3000 partants en 90h qui sont échelonnés (cette heure de différence me sera décomptée à l'arrivée). Il me faudra passer ma première nuit entière sur un vélo et affronter le vent et la pluie qui viendra peu après le départ. Au contrôle de Mortagne Km 130 je refais le plein d'eau, boit un café, prépare mes barres pour la suite. Il tombe des cordes  et je vais hésiter 20 minutes avant de repartir. Beaucoup de paquets se forment et c'est une aide car la visibilité n'est pas bonne avec la pluie. A villaines la Juhel (contrôle 2) Je fais un bon repas.je garderai le rythme de faire un repas ou casse croûte tous les 2 contrôles.

MARDI Sur le matin je ressens une douleur au genou, cela me gène en danseuse mais c'est supportable. A 22h30 j'atteins Loudéac ou Jean-Pierre (Un contact qui me gardes un colis avec des affaires de rechange) m'attend. Je peux me changer, manger et dormir 4h00 dans son fourgon avant de repartir pour Carhaix MERCREDI ou je dois pointer avant 08h30. C'est la portion la plus pentue et j'ai du mal à mettre en route. Je monte avec un petit braquet pour soulager mon genou. La pluie cessera enfin pour aller et revenir de Brest.

 

Le passage à Roc Trevezel point culminant d'Armorique

 Le soir après le passage de nouveau à Carhaix je m'arrête à Corlay car je ne me sens pas continuer sans un peu de sommeil dans une partie très sinueuse et la pluie est revenue. Après un court sommeil d'une demi-heure sur un carrelage froid, je repars et arrive à Loudéac ou je me couche direct dans le fourgon de Jean-Pierre. JEUDI 3h00 de dodo profond et Jean-pierre me réveille, c'est déjà l'heure si je veux être toujours dans les temps.

Repas Loudéac 06h00 du mat et le fourgon des bonnes nuits courtes.

 Mon genou va mieux car je n'avais pas trop tiré dessus la veille. Ce sera de courte durée : dans la matinée la pluie va s'intensifier et je vais avoir mal de nouveau au genou puis au mollet au dessus de la cheville . Le soir je verrai 5 participants qui sont tombés épuisés. Je téléphonerai pour l'un d'entre eux  aux pompiers et vais perdre 1h30 ; ce temps me sera décompté à l'arrivée. Je ferai des courtes siestes (je sais faire par mon métier de routier) aux contrôles de Fougéres, Villaines (crevaison à Mamers) et VENDREDI Mortagnes.  afin de récupérer un max car je n'aurai plus le temps de faire une petite nuit.  Atteindre Dreux sera un calvaire, je ne peux plus me mettre en danseuse. Trop de douleurs dans ma jambe droite. 140 km à faire sans pouvoir appuyer il me faudra sortir mes tripes et faire de multiples arrêts pour soulager les douleurs comme je peux. Deuxième crevaison à 60 km de l'arrivée.

 

Vers Montfort l'Amaury je profite pour me faire photografier afin d'avoir des souvenirs car je suis dans les temps.

J'arriverai à 17h43 à ST Quentin fatigué mais heureux et fier de mon exploi personnel.

Publié dans guidontargonnais

Commenter cet article

jean-Philippe Tomas 27/09/2007 19:19

toutes mes félicitations et bravo pour ton blog un cycliste du club de Virelade

catherine 31/08/2007 22:04

Bravo pour la performance ! Catherine et Georges

pichou 29/08/2007 13:43

chapeau bas poue cette exploit jean louis

Didier 28/08/2007 16:54

Chapeau !!! oui bravo il fallait le faire, et en plus avec une mauvaise météo, chapeau Jean-louis !!!

NORMANDIE-BENTS 27/08/2007 18:25

bravo et bravo Dolmen . @+ Didier